21 avril 2009

la lionne et le koala

   La lionne et le koala

Le soleil pointe le bout de son nez

Sur la savane, le jour s’est levé.

Une jeune lionne qui dormait

Sous un très ancien baobab

Appelé « arbre à palabres »

Est restée toute la nuit émerveillée par la voûte étoilée.

Mais le vieux lion l’a quitté,

Sentant son dernier souffle arriver.

Elle aime quand le lion rugit

Elle en a le cœur aigri.

Elle s’est éveillé et est parti chercher

Sans avoir où aller

Un lion, qu’elle espère pour l’éternité.

Elle erra des jours entiers

Sans se préoccuper de manger.

Elle traversa de nombreux sentiers,

Rencontra une faune bigarrée

A laquelle elle demanda

S’ils n’avaient pas vu un jeune lion

Cherchant une dulcinée.

Malgré leurs différences

Les animaux firent ce qu’ils purent pour l’aider.

Affaiblie et fatiguée par sa quête,

Elle s’assit et réfléchit :

« Je vais demander conseil à l’araignée,

Elle qui donne des conseils si avisés. »

Elle alla voir la fameuse aracnidée

Ayant un aspect répoussant

A vous glacer le sang.

Mais ses conseils étaient écoutés

Par toute la savane.

On venait de très loin pour les écouter

Afin que les doutes soient envolés.

La jeune lionne lui expliqua son dilemme,

L’araignée tapota sur sa toile

Et lui répondit ceci pour lever son voile :

« Ce n’est point dans la savane

Que tu trouveras la flamme.

Il te faudra marcher, grimper,

Rencontrer et surtout ne pas croquer

Toute sortes d’animaux, bref les respecter.

Et dans un arbre tu trouveras

Un petit animal, nommé koala. »

Sur ces paroles, elle se remit à marcher

Et c’est sans sourciller qu’elle chercha

L’arbre à koala.

Sur son chemin elle rencontra

Des cobras, des impalas, des pandas,

Mais toujours pas de koalas.

Elle avait parfois envie de manger

Les animaux rencontrés

Mais elle se souvint du message :

« Ne devit pas de ta route et sois sage. »

Quand elle eut trouvé

Le fameux eucalyptus

Elle vit un animal un peu joufflu.

Elle vit un petit koala

Et lui demanda

« Mais que regardes-tu ? »

Le koala lui répondit :

« Je regarde la mer

Celle qui a capturé ma mère

Et je rêve de savoir nager

Pour un jour la délivrer… »

Et sur ces mots la lune, l’astre nocturne

Fit son apparition,

Ils restèrent tout deux en admiration

Sa couronne et sa lumière étaient si pures,

Qu’ils en oublièrent les lois de la nature.

Emerveillés tous deux par la nuit passée

Ils décidèrent contre vents et marées

De résoudre le problème de chacun

Et cela par tous les moyens.

Les deux animaux ayant peur de l’eau

Se mouiller le pelage ne leur plait guère

Ils s’approchèrent du bord de l’eau.

Ils entendirent un gémissement,

C’était celui d’un poisson aux écailles d’argent.

Il s’était échoué bêtement

Et est maintenant agonisant.

La lionne et le koala s’approchèrent de lui

Il les supplia de le remettre à l’eau.

C’est ce que firent les deux animaux

Et le poisson volant

Les remercia en leur offrant un collier en écailles d’argent.

Il leur déclara que ce collier

Leur permettraient de ne plus avoir peur de l’eau

Mais il dit aussi que l’océan

Ne fait pas de prisonnier

Que sa maman était prisonnière pour l’éternité

Car elle avait voulu s’y aventurer.

Le petit koala était entre la joie et la tristesse.

La tristesse d’avoir perdu sa maman

Et la joie d’avoir un beau collier d’écailles d’argent.

La lionne lui dit :

« Selon les lois de la nature, je devrais te croquer

Mais mon cœur n’en serai pas allégé.

Le fait de te rencontrer et de sauver ce petit poisson

M’a fait oublier ce que j’étais venu cherché

Et depuis ce jour on voyait

Une lionne et un koala se balader ensemble

Aux quatre coins du globe.

 

Alors les enfants si vous rencontrez quelqu’un de différent

Ne passez pas votre chemin

Tendez lui plutôt vôtre main.

Posté par piotreck à 11:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


Commentaires sur la lionne et le koala

Nouveau commentaire