contes et poèmes

21 avril 2009

Copie__2__de_DSC00063Copie__2__de_DSC00079                 Copie__2__de_DSC00056

Posté par piotreck à 12:24 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


Copie__2__de_DSC00019

Posté par piotreck à 12:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

graffs à piotreck

Copie__2__de_DSC00018

Posté par piotreck à 12:18 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Ogres Généralement Monstreux

  Ogres Généralement Monstrueux

       Au lever de monsieur l'étoile diurne

         Dame nature se réveille incrédule.

      Elle ne sent plus l'osmose qui l'animait,

      avant que de nouveaux prédateurs

      ne viennent et lui fasse peur.

      Doués d'une résistance à toutes épreuves,

      ils prolifèrent discrètement aux fonds de tubes.

      Ils voyagent en camions fleuves

      apportant aux boss de larges pécules.

      Oui croyez moi, cela fait l'affaire

      de quasi qu'un état major.

      Levons ensemble notre majeur bien haut,

      pointons le vers Monsanto

      et refusons l'hégémonie d'O.

      N'acceptons pas que des pro-G

      ne se fassent sans que l'on les M.

      OGM, Organisme Généralement Malades

      OGM, organisation Généralement Monopolites

      OGM, ne croit pas qu'on t aime.

      OGM, vous réduisez les espèces de graines,

      OGM, vous risquez la dégénéréscence humaine.

      Levons ensemble notre majeur bien haut

      pointons le vers Monsanto!

      Oui! Vous là haut!

      ne capitalisez pas le monde agro

      vous etes messieurs déjà bien assez gros !

Posté par piotreck à 12:13 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

espérance durable

Tout etre a sa conscience,

cherche à trouver son idéal

en explorant selon sa patience

les limites de son espace vital.

Tout etre a ses espérances

Il reve a son bonheur illusoire,

à se confronterà ses errances

d'esprit, il n 'est pas stable.

Il est pret à faire main basse

sur quelques dessous d'table

en ne songeant aucunement à l'éthique.

Il a sa conscience, mais il n 'est pas stable.

Il ne peut avoir une espérance durable,

sauf en la fiducialité,

qui rend ses espérances prolifiques !

Posté par piotreck à 12:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

note à ma muse

Ma muse a des qualités

Mais son visage m'est inconnu

Vais-je un jour la trouver

Avant qu mon espoir sot perdu?

Elle se cache de mes yeux

Elle oublit que le monde est petit.

Je ne veux pas d'un amour lépreux,

Mes écrits nous raprocherons-t-ils pour la vie?

Aimera-t-elle me suivre

Dans un cosmos non pré-défini ?

Dédaigne-t-elle de vivre                                             

Dans un cocon, symbôle d'harmonie ?1086220_6319

Posté par piotreck à 12:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

couleurs en connivences deviennent nuances

                           Couleurs en connivences deviennent nuances

Le mauve crée une ampleur,

le noir fait peur,

le jaune nous vitalise,

le blanc nous cristallise,

le bleu est immense,

le rouge est synonyme de transe.

Les couleurs sont la vie,

la mort est elle meme noire et blanche.

Profiter de la vie ,etre en transe

c'est découvrir des couleurs infinies.

Profiter des nuances,

en n'en dégageant une envie.

les sept couleurs de l arc en ciel, ne resume la vie .

Il faut chercher à travers le prisme, la nuance

qui nous fera individuellement avancer en connivence...

      

Posté par piotreck à 11:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

shyde la peite sorcière voulant voir la mer

Shyde la petite sorcière voulant voir la mer

                                                                                         DSC00137

Shyde, une ch'tite sorcière vivait seule au fond d'une foret,
elle avait comme seul compagnon un goret.
Elle passait des jours entiers
à concocter toutes sortes d'élixirs.
certains donnaient l'amour, le désir,
d'autres envoutaient voir donnaient la mort.
ses clients restaient discret,
de peur d' être considéré
comme étant pactisés avec le diable...                                                                       DSC00126
Elle était mal compris
et sa tête mise à prix...                                                                              

Lassée de rester dans sa foret,
elle plia ses bagages, chargea sa charrette,
mis le feu à sa hutte, et parti vers le ch'nord...
La peine, elle ne l'avait pas pris
de prévenir de son départ, ses amis.
Ils étaient fort peu nombreux
mais tous très précieux.

Elle se dit " tant qu'à rentrer chez moi,
je vais voir pour la dernière fois
la magie de l'océan..."

Quel fut son émoi
une fois arrivée là bas.
Au lieu de voir une vaste étendue d'eau
ondulant calmement et paisiblement ,
elle vit une bataille navale
opposant trois bateaux forts grands.
Des écharpes de fumées sortaient de leurs flancs.
deux des navires battaient pavillon à la lys,
leur ennemi arborait un koala blanc
entouré d'hermines, le tout sur fond noir.
tout à coup, l'un des navire à la lys
explosa, offrant à Shyde un feu d'artifice.
elle trouva cela à la fois beau et cruel
songeant aux mille et un supplices
que les marins du navire à la lys
étaient entrain de subir face à elle.
La bataille continua et le bateau au koala
se rapprocha de celui à la lys avec malice.

L'abordage fut imminent
lorsqu'une pluie de grappins d'argent
s'abattent sur les bords du navire
Shyde entendit le son d'une cornemuse retentir,
elle vit aussi le capitaine sortir,
vêtu de magnifiques étoffes de soie,
arborant sur son épaule un koala...

Il sortit un mousquet puis son sabre,
ses hommes attendaient son signal...
Il arriva lorsqu'un coup de feu fatal
étendit sur le pont ennemi, un cadavre.
Les pirates déboulaient tel un tsumani
sur le pont du navire au lys.
Shyde vit la rage des assaillants
elle entendit des coups, des cris
vis des couteaux volants
ôtant aux ennemis, leurs vies.
Rapidement la bataille se termina
        un assaillantmonta,                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               
et coupa le drapeau en haut du mat.

Aussitôt une barque partie

en direction de la ch’tie.

Le danger, elle le sentit

et prépara en elle une incantation

afin d’immobiliser les assaillants

si d’aventure, ils se montraient menaçants.

La barque n’était plus qu’à une encablure

Elle voyait le koala au visage inquiétant

Avec lui des marins à la fière allure.

La barque atteignit la plage

Aussitôt shyde leva les bras.

Le koala lui sauta dessus

Et d’un coup de griffe, l’immobilisa.

L’un des marins lui hurla :

« Ne bouge surtout pas

car Koya d’un geste te tranchera !

Que fais-tu là ? »

« Je voulais voir la mer une dernière fois,

je rentre chez moi, le sud ne me plait pas »

« Sais-tu panser des plaies ? »

«  Oui, je suis Shyde la sorcière »

«  Soigne Piotreck notre capitaine,

il a eu une artère touchée »

Alors Shyde fut amenée

Sur le Mor Torr Penn.

Elle se servit de plantes apaisantes

Recousu les plaies à la soie d’araignée.

Rapidement Piotreck fut sur pied,

Il l’invita dans son carré pour discuter.

« Je te dois une fière chandelle,

comment puis-je te remercier ? »

« Je veux juste rentrer chez moi. »

« Et où habites-tu ? »

« J’habite le ch’nord, au pays des beffrois. »

« Cela ne me pose aucun problème,

dans une grosse semaine, tu seras chez toi.

Si d’aventure on subit une attaque,

Mon cœur et mes armes te protègeront. »

Shyde posa alors une question :

« Mais pourquoi toute cette violence ? »

« Le pays à la lys m’a volé mon fils,

Ses soldats essayent de raser mon pays,

D’effacer ma culture, mes racines.

Car pour moi nous sommes un arbre,

Les racines sont là d’où l’on vient,

Le tronc c’est nous même,

Les branches sont ce que l’on fait de notre vivant,

Et les fleurs et les fruits, notre descendance.

Alors je me suis juré de combattre ces injustices,

En faisant régner la terreur

Chez les hommes au cœur de lys.

Mes hommes partagent mes convictions,

Ils ont tous échappé au peloton d’exécution.

Ils ont tous une dent contre la patrie du lys,

Ils se croient bénis des dieux, aux cœurs pieux,

Mais ils sont tous remplis de vices…

Et toi que faisais-tu là ? »

« Je fuyais la forêt, car ma tête était mise à prix »

«  Nous sommes tout deux des incompris,

nous sommes différents et cela leur est dérangeant »

Le Mor Torr Penn arriva huit jours plus tard

Et une vision d’effroi s’empara de Shyde.

Le beffroi de son village était en flamme,

Elle ne voulu pas accoster,

Elle ne voulait plus rentrer,

Elle comprit la rage de Piotreck

Elle lui demanda de rester à bord

Ce qu’il s’empressa d’accepter,

Elle n’eut qu’un souhait :

Que la lys fane, que Versailles s’enflamme.

Elle apprit le maniement des armes,

Développa des sorts très puissants,

Elle combattit avec toute son âme

Aux côtés de Piotreck, toute forme d’injustices

et cela leur est dérangeant »

Posté par piotreck à 11:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

la lionne et le koala

   La lionne et le koala

Le soleil pointe le bout de son nez

Sur la savane, le jour s’est levé.

Une jeune lionne qui dormait

Sous un très ancien baobab

Appelé « arbre à palabres »

Est restée toute la nuit émerveillée par la voûte étoilée.

Mais le vieux lion l’a quitté,

Sentant son dernier souffle arriver.

Elle aime quand le lion rugit

Elle en a le cœur aigri.

Elle s’est éveillé et est parti chercher

Sans avoir où aller

Un lion, qu’elle espère pour l’éternité.

Elle erra des jours entiers

Sans se préoccuper de manger.

Elle traversa de nombreux sentiers,

Rencontra une faune bigarrée

A laquelle elle demanda

S’ils n’avaient pas vu un jeune lion

Cherchant une dulcinée.

Malgré leurs différences

Les animaux firent ce qu’ils purent pour l’aider.

Affaiblie et fatiguée par sa quête,

Elle s’assit et réfléchit :

« Je vais demander conseil à l’araignée,

Elle qui donne des conseils si avisés. »

Elle alla voir la fameuse aracnidée

Ayant un aspect répoussant

A vous glacer le sang.

Mais ses conseils étaient écoutés

Par toute la savane.

On venait de très loin pour les écouter

Afin que les doutes soient envolés.

La jeune lionne lui expliqua son dilemme,

L’araignée tapota sur sa toile

Et lui répondit ceci pour lever son voile :

« Ce n’est point dans la savane

Que tu trouveras la flamme.

Il te faudra marcher, grimper,

Rencontrer et surtout ne pas croquer

Toute sortes d’animaux, bref les respecter.

Et dans un arbre tu trouveras

Un petit animal, nommé koala. »

Sur ces paroles, elle se remit à marcher

Et c’est sans sourciller qu’elle chercha

L’arbre à koala.

Sur son chemin elle rencontra

Des cobras, des impalas, des pandas,

Mais toujours pas de koalas.

Elle avait parfois envie de manger

Les animaux rencontrés

Mais elle se souvint du message :

« Ne devit pas de ta route et sois sage. »

Quand elle eut trouvé

Le fameux eucalyptus

Elle vit un animal un peu joufflu.

Elle vit un petit koala

Et lui demanda

« Mais que regardes-tu ? »

Le koala lui répondit :

« Je regarde la mer

Celle qui a capturé ma mère

Et je rêve de savoir nager

Pour un jour la délivrer… »

Et sur ces mots la lune, l’astre nocturne

Fit son apparition,

Ils restèrent tout deux en admiration

Sa couronne et sa lumière étaient si pures,

Qu’ils en oublièrent les lois de la nature.

Emerveillés tous deux par la nuit passée

Ils décidèrent contre vents et marées

De résoudre le problème de chacun

Et cela par tous les moyens.

Les deux animaux ayant peur de l’eau

Se mouiller le pelage ne leur plait guère

Ils s’approchèrent du bord de l’eau.

Ils entendirent un gémissement,

C’était celui d’un poisson aux écailles d’argent.

Il s’était échoué bêtement

Et est maintenant agonisant.

La lionne et le koala s’approchèrent de lui

Il les supplia de le remettre à l’eau.

C’est ce que firent les deux animaux

Et le poisson volant

Les remercia en leur offrant un collier en écailles d’argent.

Il leur déclara que ce collier

Leur permettraient de ne plus avoir peur de l’eau

Mais il dit aussi que l’océan

Ne fait pas de prisonnier

Que sa maman était prisonnière pour l’éternité

Car elle avait voulu s’y aventurer.

Le petit koala était entre la joie et la tristesse.

La tristesse d’avoir perdu sa maman

Et la joie d’avoir un beau collier d’écailles d’argent.

La lionne lui dit :

« Selon les lois de la nature, je devrais te croquer

Mais mon cœur n’en serai pas allégé.

Le fait de te rencontrer et de sauver ce petit poisson

M’a fait oublier ce que j’étais venu cherché

Et depuis ce jour on voyait

Une lionne et un koala se balader ensemble

Aux quatre coins du globe.

 

Alors les enfants si vous rencontrez quelqu’un de différent

Ne passez pas votre chemin

Tendez lui plutôt vôtre main.

Posté par piotreck à 11:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :